Allons-nous vers une Cyber-Dictature ?14 minute(s) de lecture

Parent page: À LIRE

Titre : Allons-nous vers une Cyber-Dictature ?
Intervenants : Jérémie Zimmermann – Éric Filiol – Journaliste
Lieu : ThinkerView
Date : Janvier 2014
Durée : 16 min 08
Licence : Verbatim
Pour visionner la vidéo

cyber

Transcription

Journaliste : Messieurs bonjour. Je vous interviewe aujourd’hui pour un site internet qui s’appelle ThinkerView. J’aurais voulu avoir votre avis sur le concept de cyberguerre ou de cyberpaix. Qu’est-ce que vous pouvez nous dire là-dessus ?

Jérémie Zimmermann : Je peux commencer là-dessus. On s’est fait bassiner pendant des années avec ce concept de cyberguerre, qui correspond à une forme de militarisation de l’internet, déploiement d’infrastructures, on pense aux joujoux d’Amésys, à la Deep Packet Inspection, des dispositions législatives pour donner des pouvoirs offensifs en matière de cyberattaque, maintenant en France à l’ANSSI et à des institutions dans le monde entier. C’est la commande publique qui part avec des contrats à je ne sais combien de zéros pour les mêmes entreprises qui vendent des missiles et des chasseurs. Le problème c’est quand on parle de cyberguerre on parle d’internet comme un champ de bataille, on parle de mouvements de troupes. On oublie juste un paramètre qui est le citoyen. Et pendant des années on nous a vendu une vision de la sécurité, de la cybersécurité, qui s’appelait cyberguerre, dans laquelle on a juste oublié les citoyens. Et aujourd’hui on s’aperçoit, avec les révélations de Snowden, le programme Bullrun de la NSA qui vise à saboter activement, une par une, toutes les technologies commerciales de protection de nos données de communication, on s’aperçoit aujourd’hui qu’on a tous un espion dans la poche.

Journaliste : Est-ce que vous pouvez un petit peu me développer le programme Lustre1 ?

Jérémie Zimmermann : Au-delà des différents programmes de la NSA, on constate l’échec des politiques de cybersécurité. La seule chose à laquelle ça a servi c’est à des contrats, d’un complexe « militaro industriel », qu’il va falloir renommer, je ne sais pas, complexe « militaro numétrique » ou quelque chose comme ça, alors que personne n’a pensé à développer la cyberpaix. La cyberpaix se basait sur la définition de la paix. La paix c’est un état dans lequel on est libre de la peur, de l’agression. Qu’est-ce que ça voudrait dire, dans l’environnement numérique, être libre de la peur ou de l’agression ? Ça veut dire mettre le citoyen au cœur de la sécurité ; ça veut dire mettre le citoyen au cœur de la technologie ; ça veut dire rendre le contrôle de la technologie au citoyen. Eh bien, on aspire à des politiques publiques qui penseraient en termes de cyberpaix plutôt qu’en termes de cyberguerre.

Journaliste : Éric Filiol est-ce que vous pouvez ?

Éric Filiol : Moi je crois que ce concept de cyberpaix et de cyberguerre, ne soit probablement que la plus grosse escroquerie intellectuelle de ces dernières années. Je vais me placer dans le plan purement opérationnel. Je pense que la partie « cyber » qui est une dimension supplémentaire à la fin du 20ème siècle comme l’a été l’aviation au début du 20ème, ne jouera qu’un rôle marginal, ou d’appui ou de préparation, sur des conflits classiques. Il ne faut pas oublier que la guerre consiste à prendre la possession de réalités bien matérielles, que ce soit des territoires, que ce soit des ressources, et que ce soit aussi des esprits. Il ne faut pas oublier que la finalité de la guerre c’est justement de prendre la main sur des réalités concrètes. Donc le « cyber », à mon avis, restera marginal. Ça ne veut pas dire qu’il faut le relativiser, ni le dédaigner, c’est une réalité qui s’impose à nous, mais elle n’a pas l’ampleur qu’on veut bien lui prêter et je suis d’accord que c’est plus pour légitimer d’une part des dépenses pharaoniques dans le domaine, puisque je crois que surtout plus qu’une cyberguerre, je crois qu’on est en train de mettre en place des cyberdictatures.

Journaliste : Vous pouvez développer ?

Éric Filiol : On s’aperçoit que le programme PRISM, et PRISM existe, a eu des antécédents.On s’aperçoit qu’il y a quand même, les principales démocraties ont tendance à se tourner en États policiers numériques. Moi ce qui me gêne, dans les évolutions récentes, c’est qu’on remplace la présomption d’innocence par la présomption de culpabilité. Quand on espionne toutes les personnes par défaut, pas seulement les communications téléphoniques parce que vous avez un contact avéré avec des terroristes corses ou des terroristes islamiques, quand on espionne en permanence, je vais dire, vos moindres faits et gestes. Il faut savoir qu’avec l’internet connecté et notamment le CPL Outdoor 2, c’est-à-dire que de l’extérieur on peut savoir ce qui se passe dans votre maison, votre consommation électrique et les outils mathématiques de traitement de l’information vont le permettre, quand on espionne en permanence et de manière aussi intime les gens, c’est qu’on part du principe qu’ils sont, par défaut, coupables ou susceptibles de perpétrer des actes. On ne peut pas avoir un État fort, un État doit être fort, mais sans faire confiance aux citoyens, sans les laisser libres et sans les respecter. Et si on se méfie des citoyens, les citoyens se méfieront de l’État et on aura un État faible.

Journaliste : Récemment un cryptographe belge3 a annoncé que lui-même était piraté par la NSA, poutré dans le jargon. Qu’est-ce que vous en pensez ?

Éric Filiol : Ce qui me surprend c’est que ça surprenne encore des gens. C’est logique. En plus ce cryptographe belge, est bien connu pour avoir eu des activités mathématiques dans des domaines sensibles. C’est aussi quelqu’un qui, à une époque, n’a pas voulu aller dans le sens du contrôle de la cryptographie, notamment universitaire, par les milieux américains. Tout simplement c’est quelqu’un qui compte dans le domaine, qui a eu une production scientifique de tout premier plan ; qui a d’ailleurs eu des cahiers pillés à l’époque, parce qu’il faut savoir qu’il avait fait, avec un autre cryptographe français, Guillou, le fameux protocole Guillou-Quisquater, qui a été pillé par une entreprise américaine, en violation directe des brevets. Sauf que trois avocats français contre cinquante avocats américains, la cause était vite entendue ! Ce n’est pas étonnant qu’il ait été espionné, mais encore une fois ce qui m’étonne c’est que ça étonne encore des gens.

Journaliste : Qu’est-ce que vous pouvez nous dire, un petit peu, sur la capacité que les gens eux-mêmes, le simple particulier a à se protéger de ce genre de pillage, d’infiltration dans son système ?

Jérémie Zimmermann : Il y a deux choses distinctes. La surveillance ciblée et la surveillance de masse. J’espère que les prochaines révélations de Snowden nous montreront d’une part comment on peut passer de l’une à l’autre. Est-ce que le simple fait de ne pas utiliser Facebook, Google ou Apple ne vous met pas immédiatement dans la catégorie surveillance ciblée, pour peu que vous utilisiez des logiciels libres ou Tor, et là ça fait de vous un potentiel terroriste. Mais il faut encore distinguer les deux. La surveillance ciblée, on le voit avec les dernières révélations sur les implants matériels et autres joujoux de la NSA, vous savez déjà qu’on ne peut pas y échapper. Ça c’est une réalité. La surveillance ciblée est légitime lorsque encadrée par l’autorité judiciaire, lorsqu’il y a un rétrocontrôle citoyen et démocratique des actions des services qui la pratiquent. Ce qui est véritablement intolérable, c’est la surveillance de masse, comme le disait Éric Filiol, c’est la présomption de culpabilité, ce sont des violations massives de nos libertés individuelles qui ne peuvent en aucun cas respecter le principe de proportionnalité. Or cette surveillance de masse, à priori, on peut y échapper.

Journaliste : Est-ce que vous allez dans le sens d’Eric Filiol sur la cyberdictature d’un gouvernement ou des gouvernements qui commencent à avoir peur de leurs propres concitoyens et qui commencent à monitorer l’ensemble de leur population ?

Jérémie Zimmermann : C’est manifeste. La doctrine de la NSA c’est que, l’ennemi se situant par définition dans le reste du monde, on va espionner le reste du monde comme ça on aura, après coup, espionné nos ennemis. C’est une doctrine qui est une forme de paranoïa d’État et c’est évidemment un problème. Le fait est, que l’on peut aujourd’hui, probablement, échapper à cette surveillance de masse. Et c’est ça l’enjeu aujourd’hui, c’est d’augmenter le coût de cette surveillance ou de tenter de la rendre inopérante par nos actions. À la différence des processus classiques dans lesquels on voyait intervenir le renseignement ou l’armée, où c’était souvent armée contre armée, État contre État, là, la vaste majorité des acteurs ce sont des citoyens.

Journaliste : Vous parlez de citoyens. Vous sortez d’une conférence que vous avez menée à Sciences-Po, est-ce que vous avez trouvé les étudiants sensibles à ce type de nouvelles valeurs, ce type de menace ? Est-ce que vous pensez qu’ils étaient en retard par rapport à la perception que la communauté des hackers peut avoir sur la cybersécurité, sur les techniques de surveillance de masse, et ce genre de choses ? Est-ce que vous pensez que la nouvelle génération est prête à résister ou est prête à trouver les nouveaux outils pour pouvoir échapper à ce type de surveillance ?

Jérémie Zimmermann : Je ne sais pas si une heure avec une promo d’un master de Sciences-Po est un échantillon représentatif. Une chose dont je suis sûr c’est que sur les dix jours qui viennent de s’écouler, il y a cinq personnes qui sont venues me voir en disant : « Ah, tu sais quoi, j’ai quitté Facebook ! » Et pour beaucoup ils m’ont dit c’est suite à une conversation qu’on avait eue ensemble. Dans ces derniers mois, ce sont des dizaines de journalistes que j’ai vu se mettre à OTR ou à GPG pour chiffrer leurs communications et c’est 100 % des journalistes à qui j’ai parlé de la protection de leurs sources qui m’ont répondu : « Ah ouais, c’est vrai, là on a un problème. »

Journaliste : Eric Filiol, Jérémie parle de chiffrement pour la protection des sources. Qu’est-ce que vous pouvez nous dire en tant qu’expert, avec votre qualité d’expertise, de cryptographe ? Est-ce que les journalistes sont à l’abri ?

Éric Filiol : Il est sûr que d’abord c’est mieux que de communiquer en clair. Ça complique les difficultés, ça complique les choses. Maintenant je crois qu’il ne faut pas se voiler la face, que la plupart des standards de chiffrement sont d’obédience américaine et que la subtilité américaine c’est la politique des œufs et du panier. Ils n’ont pas placé toutes les vulnérabilités au même endroit. Moi ce qui me gêne, c’est que l’ensemble de la planète utilise des algorithmes d’obédience américaine et uniquement ceux-là. J’ai vu un constructeur que je ne nommerai pas, qui avait fait le choix d’un crypt de chiffrement non américain et qui, quand il a été racheté par un société américaine, a été obligé de mettre l’AES4. Le problème c’est qu’on laisse aux États-Unis le monopole de toute la standardisation. Moi je conteste le fait que les Américains définissent le standard cryptologique mondial. Je pense qu’il y a de très bons cryptologues en France, il y en partout en Europe. Pourquoi devrait-on sous-traiter notre sécurité et les standards de chiffrement aux Américains ?

Journaliste : Est-ce que vous trouvez que c’est un renoncement de l’État français ?

Éric Filiol : Pas que de l’État français, de l’ensemble des pays du G8 ou du G20. Il est sûr qu’en France c’est d’autant plus surprenant, pour ne pas dire scandaleux, quand on est une des nations prééminentes en matière de cryptologie, quand on a l’École normale supérieure qui produit des cerveaux extrêmement brillants. Le problème c’est que pour une place dans un comité de programmes dans des conférences américaines, sous contrôle de la NSA, malheureusement ils font le jeu des États-Unis. Nous avons une capacité de réaction, nous avons une capacité de résistance, nous avons un génie français, il ne faut pas l’oublier. On ne peut pas sous-traiter notre sécurité, en tout cas on ne fera jamais de sécurité si on utilise les méthodes, les standards, les outils, de l’adversaire.

Journaliste : Jérémie Zimmermann, vous voulez rebondir ?

Jérémie Zimmermann : Je n’aime pas parler de souveraineté à proprement parler, parce que le concept d’État-nation n’est pas ce qui m’anime le plus, qui me définit le plus. Mais là, il y a quelque chose de vraiment flagrant, à voir la souveraineté d’un État tiers, non seulement empiéter sur la souveraineté d’autres États, mais aussi sur la souveraineté des individus, sur nos souverainetés informationnelles. Donc là, il y a manifestement un espace pour des politiques publiques, à tenter d’inverser cette vapeur-là. Et le seul moyen de faire ça, j’en suis convaincu, c’est de remettre la technologie aux mains des citoyens. Il faut que les citoyens comprennent l’importance de la vie privée, pour comprendre l’intérêt de la cryptographie, pour comprendre comment gérer des clefs de chiffrement, et pour éventuellement, être en position de choisir leur logiciel de chiffrement ou de choisir leur algorithme. Quand on génère une clef GPG, on peut choisir entre plusieurs algorithmes. Eh bien j’ai l’impression qu’il est essentiel aujourd’hui d’élever les niveaux de conscience des individus, d’une part, et de l’autre qu’il faut des politiques publiques, des politiques industrielles, pour aller favoriser ces technologies qui ne sont pas aux mains de la NSA, qui reposent évidemment sur le Logiciel Libre, les architectures décentralisées et le chiffrement point à point.

Journaliste : Le mot de la fin. Eric Filiol ?

Éric Filiol : Moi ce qui me fait peur, c’est que, depuis 95, on peut très vite basculer d’un gouvernement démocratique à un gouvernement non démocratique. Quand on met en place des infrastructures, quand on met en place, potentiellement du moins, des outils de surveillance, je pense à HADOPI, ça a l’air anodin, mais HADOPI peut permettre à quelqu’un non seulement de savoir que vous téléchargez du contenu potentiellement illégal, mais de savoir que vous vous intéressez à l’art africain, à l’art juif, ce qui est tout à fait légitime. Demain, c’est un risque qui est permanent et j’ai été surpris de voir que les étudiants de Science-Po n’étaient pas sensibilisés à ça. Ce risque il est permanent. On peut très bien basculer vers un régime beaucoup moins démocratique, avec des valeurs nauséabondes. Et je crois que l’actualité récemment a montré que, encore une fois, on n’en était pas si éloigné que ça. Ce qui me fait peur c’est que tout ce que l’on met en place pourra être utilisé, légitiment, par justement ces gouvernements moins démocratiques, s’ils venaient au pouvoir, et pourrait automatiser un génocide ou automatiser des arrestations en masse, et c’est ça qui me fait peur. Tant qu’on est dans un État démocratique, je veux bien faire confiance à nos États, mais…

Journaliste : Éric Filiol, Jérémie Zimmermann, peut-être un dernier mot, oui ?

Éric Filiol : Tant que ces États restent démocratiques.

Journaliste : Jérémie un dernier mot ?

Jérémie Zimmermann : Je peux ajouter quelque chose ?

Journaliste : Bien sûr.

Jérémie Zimmermann : Quand on parle de protection de la vie privée, on parle d’une liberté plus fondamentale que les autres parce qu’elle permet l’exercice des autres libertés et que cette vie privée c’est avant tout nos intimités. Nos intimités c’est un espace dans lequel on n’est pas jugé, dans lequel on partage la confiance, et dans lequel on peut expérimenter, dans lequel on peut inventer de nouvelles idées ou de nouveaux concepts, dans lequel on peut être nous-mêmes. Cette vie privée, cette intimité, ce sont nos identités. C’est ce qui nous définit en tant qu’être humain. Et c’est ça qui est en jeu, je crois, au travers de cet impératif de reprendre le contrôle de la technologie. C’est reprendre le contrôle de la technologie pour reprendre le contrôle de nos humanités ou au contraire se laisser contrôler par la machine.

Journaliste : Jérémie Zimmermann, merci. Éric Filiol, merci.


SOURCE @ https://www.april.org/allons-nous-vers-une-cyber-dictature

  • En Californie, le département de recherche parle du revenu de base 23 juin 2017
    Le département de recherche de Californie organisait le 23 mars une conférence sur les défis sociaux auxquels l’État est confronté. Le […] Cet article En Californie, le département de recherche parle du revenu de base est apparu en premier sur Mouvement Français pour un Revenu de Base.
    La Rédaction
  • Une université d’été pour construire l’avenir du revenu de base 21 juin 2017
    Le Mouvement français pour un revenu de base (MFRB) organise du 17 au 20 août 2017 son université d’été. Au […] Cet article Une université d’été pour construire l’avenir du revenu de base est apparu en premier sur Mouvement Français pour un Revenu de Base.
    La Rédaction
  • Retour sur trois jours de conférence sur le revenu de base et les monnaies locales à Aramon 19 juin 2017
    Le Mouvement français pour un revenu de base (MFRB) a organisé ses rencontres trimestrielles du 25 au 27 mai à […] Cet article Retour sur trois jours de conférence sur le revenu de base et les monnaies locales à Aramon est apparu en premier sur Mouvement Français pour un Revenu de Base.
    La Rédaction
  • L’OCDE : une logique financière au détriment d’une logique économique 8 juin 2017
    L’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) a rendu le 24 mai dernier un rapport assez critique sur le […] Cet article L’OCDE : une logique financière au détriment d’une logique économique est apparu en premier sur Mouvement Français pour un Revenu de Base.
    La Rédaction
  • Une conférence sur le revenu de base à Reykjavik cet été 6 juin 2017
    Le réseau islandais pour le revenu de base (BIEN Islande) lance l’invitation pour deux jours d’échanges cet été sur le revenu […] Cet article Une conférence sur le revenu de base à Reykjavik cet été est apparu en premier sur Mouvement Français pour un Revenu de Base.
    Maxime Vendé
  • La plus grande fédération syndicale des Pays-Bas fait un pas vers le revenu de base 30 mai 2017
    L’évènement s’est tenu les 10 et 11 mai au Sport Business Centre Papendal. Le but affiché de la FNV (Federatie […] Cet article La plus grande fédération syndicale des Pays-Bas fait un pas vers le revenu de base est apparu en premier sur Mouvement Français pour un Revenu de Base.
    La Rédaction
  • États-Unis : Mark Zuckerberg recommande d’expérimenter le revenu de base 27 mai 2017
    À Harvard, le fondateur de Facebook a jugé qu’il fallait « étudier le revenu de base » et « fournir un filet de sécurité à chacun·e. » […] Cet article États-Unis : Mark Zuckerberg recommande d’expérimenter le revenu de base est apparu en premier sur Mouvement Français pour un Revenu de Base.
    La Rédaction
  • « Sans votre mobilisation, le revenu de base n’aurait pas acquis cette force » 26 mai 2017
    Marcus Brancaglione est cofondateur de ReCivitas, une organisation brésilienne connue pour avoir expérimenté le revenu de base pour la première fois au Brésil […] Cet article « Sans votre mobilisation, le revenu de base n’aurait pas acquis cette force » est apparu en premier sur Mouvement Français pour un Revenu de Base.
    Marcus Brancaglione
  • Karl Widerquist : un nouveau projet pour développer le revenu de base 24 mai 2017
    Le Mouvement français pour un revenu de base (MFRB) félicite Karl Widerquist, économiste et philosophe politique américain, pour son projet […] Cet article Karl Widerquist : un nouveau projet pour développer le revenu de base est apparu en premier sur Mouvement Français pour un Revenu de Base.
    Aurélie Hampel
  • Rencontre avec Kalune 6 juin 2017
    Nous l’avions déjà croisé lors des rassemblements contre Monsanto ou Tafta, organisés entre autres par nos amis du collectif citoyen les Engraineurs. Événements au cours desquels il avait interprété – avec son ancien groupe – « Les Gueules de Wab » certains de leurs morceaux comme Indignés par exemple. Évoluant dorénavant sous le pseudo de Kalune, l’artiste a publié il y […]
    Kxxx
  • Développement durable et biodiversité : quand les politiques européennes menacent la survie de la Méditerranée 21 avril 2017
    Article de Philippe Vergnes pour le 4ème singe. Comme aime parfois à nous le rappeler la Divine Providence, un curieux hasard du calendrier à fait coïncider, à quelques jours d’intervalles, plusieurs informations que l’on pourrait qualifier de contradictoires en matière de préservation de la biodiversité méditerranéenne. Vous l’ignorez peut-être, mais l’Europe dispose d’une compétence exclusive […]
    Stéphane
  • Les créatifs culturels : l’émergence d’une nouvelle conscience (Ariane Vitalis) 11 avril 2017
    Ariane Vitalis est une de ces jeunes qui se donne aujourd’hui les moyens de changer le monde. Elle véhicule à travers ses nombreux projets, de nombreux espoirs propres à une génération qui ignore encore beaucoup trop l’impact qu’elle aura sur le monde. Retour sur cette vision qui, dans un monde où il vaut mieux avoir […]
    Laura Ginisty
  • Oui au libre marché ! Libérons les économies (le film) 1 mars 2017
    (Illustration de Pawel Kuczynski) Oui au libre marché ! Libérons les économies (le film) Alors que Emanuel Macron a été élu Président de la république française, que comme tous (ou presque) les candidats, il a usé de promesses encore et toujours. Ils nous parlent (comme depuis 40 ans) de degrés de libéralisation des marchés, car selon […]
    Ben31
  • L’ère de la pensée unique 25 février 2017
    A l’heure de la post vérité, des fake news, de l’élection de Trump, du décodex et d’autres initiatives prises pour réguler ces phénomènes, il nous a semblé nécessaire de réaliser cette vidéo afin de vous donner une autre analyse de ces phénomènes. Car les dérives potentielles de ces initiatives sont inquiétantes et nécessitent donc que […]
    Stéphane
  • Les médias créent le réel 15 janvier 2017
    Avant de commencer la lecture de cet article, nous vous invitons à regarder la carte des propriétaires des médias réalisée par ACRIMED La fabrique du réel En 1988, Noam Chomsky et Edward Herman publiaient le livre « la fabrique du consentement ». Ce livre proposait une grille d’analyse des méthodes de propagandes des médias de masse et […]
    Stéphane
  • Vers l’écolieu, pour une solidarité forte et des alternatives concrètes. 3 janvier 2017
    Vers l’écolieu rassemble une cinquantaine de membres entre 20 et 75 ans qui ont envie de quitter l’île de France pour créer une vie qui leur correspond mieux, probablement un peu plus au vert, tout en gagnant en vie sociale. On nous a parlé des colocs entre étudiants et étudiantes, de l’habitat partagé entre trentenaires […]
    Stéphane
  • Méditerranée : une mer assassinée 12 décembre 2016
    Avant toute chose, nous tenons à remercier Philippe Vergnes pour le travail d’investigateur et de lanceur d’alerte qu’il a fourni en publiant son livre « Méditerannée (Mare Nostrum) une mer assassinée » aux éditions Bookelis. Vous trouverez ci dessous un résumé qui vous donnera un léger aperçu de la problématique soulevée dans ce livre et un point […]
    Stéphane
  • Manipulation par la langue en politique – Linguisticae 6 décembre 2016
             Dans ce documentaire, vous  découvrirez les rouages de la manipulation par la langue en politique ! Un sujet que nous connaissons que trop bien. En effet, nous considérons, quasiment tous, être au courant de ces stratégies de communication ayant pour seul objectif d’obtenir nos « votes » à certaines élections ou encore nos « adhésions » à certaines […]
    Stéphane
  • ePrivacy : une étape cruciale pour la vie privée 13 juin 2017
    Paris, 13 juin 2017 — Le mois de juin sera décisif pour le futur de notre vie privée et la confidentialité de nos communications électroniques. Actuellement en débat au Parlement européen, le futur règlement « ePrivacy » divise et réveille de désagréables souvenirs du temps des négociations du Règlement général sur la protection des données […]
    neurone648
  • Sous le capot: votez pour une infrastructure télécoms décentralisée! 12 juin 2017
    Paris, 13 juin 2017 — La nature décentralisée d'Internet est en jeu avec les négociations sur le code européen des communications électroniques. La Quadrature du Net publie ses premières listes de vote sur les amendements qui ont été déposés au Parlement européen1 et soutient les fiches d'informations (pdf) élaborées par netCommons. Comme prévu, le lobbying […]
    neurone130
  • Directive copyright : le Parlement européen sous la menace des lobbies et des manoeuvres françaises 6 juin 2017
    Paris, le 6 juin 2017 —  Alors que toutes les commissions concernées au Parlement européen ont rendu leurs avis sur la proposition de directive sur la réforme du droit d'auteur, la situation est plus que complexe : les rapports constructifs des différentes commissions ont été pilonnés à la fois par la Commission européenne, mécontente de voir ses dispositions […]
    neurone259
  • Neutralité du Net : un an après, un bilan gris foncé 31 mai 2017
    Paris, le 31 mai 2017 — A l'occasion du premier anniversaire de l'adoption du règlement sur l'internet ouvert qui régit notamment les aspects liés à la neutralité du Net, et tandis que l'ARCEP sort son premier rapport sur l'état de l'Internet, nous dressons ci-dessous un bilan assez mitigé de sa mise en œuvre en France […]
    neurone1000
  • Appel à la non prorogation de l'état d'urgence : lettre au Président de la République 24 mai 2017
    Paris, 24 mai 2017 — À l'issue du conseil de Défense tenu ce mercredi matin, le Président de la République a annoncé qu'il demanderait au Parlement la prolongation de l'état d'urgence jusqu'au 1er novembre 2017, ainsi que la discussion d'une nouvelle loi pour lutter contre le terrorisme. La veille de cette réunion, nous, associations de […]
    neurone259
  • Lettre ouverte aux institutions européennes : WIFI4EU doit promouvoir la diversité, le local et les droits humains 22 mai 2017
    Paris, le 22 mai 2017 — Alors que le Conseil de l'Union européenne et la Commission européenne entrent dans la phase obscure des trilogues pour le projet de réglement WIFI4EU, les réseaux associatifs européens ainsi que la communauté du wifi-ouvert veulent leur rappeler l'importance d'inclure tous les acteurs dans le développement de la connectivité locale. […]
    neurone130
  • Présidentielles 2017 : changer de méthode pour changer de cap 20 avril 2017
    Paris, 21 avril 2017 — La campagne électorale française donne peu de satisfaction depuis des mois. Entre affaires, discours sécuritaire et coups bas, la politique au sens noble du terme a peu de place, les propositions positives sont quasiment absentes. Dans sa volonté d'action positive et de long terme, La Quadrature du Net s'associe avec […]
    neurone259
  • Youtube : invisibilisation au profit de la publicité 5 avril 2017
    La Quadrature du Net publie ici une tribune de Okhin. Paris, 5 avril 2017 — Les plateformes de vidéos en ligne (Youtube et Facebook en tête) supplantent maintenant la télévision en nombre d'audiences, rendant ces médias extrêmement importants dans la représentation de la société qu'ils fournissent. Elles constituent un espace public d'expression, régi par des […]
    neurone130
  • État d'urgence : lettre à Bernard Cazeneuve pour une transparence des données 31 mars 2017
    Paris, 31 mars 2017 — L'état d'urgence est instauré en France depuis le 14 novembre 2015, soit 503 jours. Mais ses effets ne sont pas connus du public, notamment parce que les promesses de transparence qui avaient été faites il y a un an et demi n'ont pas été respectées. Le Parlement a certes effectué […]
    neurone259
  • Le Pistolet et La Pioche S01E03 : Internet se meurt-il ? 23 juin 2017
    Le Pistolet et La Pioche aime se poser des questions. Et celle-là, même si elle peut paraître un peu bizarre, nous intéresse. Alors pourquoi ne pas poser la question à un spécialiste du grand bazar […]
    drapher
  • Faut-il parler aux méchants ? 23 juin 2017
    Benjamin Bayart, président de la FFDN, nous adresse le droit de réponse ci-dessous à la suite de notre article « Fabriquer de l’Internet, c’est faire de la politique« . Mon camarade Drapher, dans deux articles récents, soulève […]
    redaction
  • Le pouvoir des mots 22 juin 2017
    La puissance des mots n’est pas une vague idée de fils de pub. Mais ils usent et abusent pourtant de ce qui est une arme puissante. Les mots permettent d’exprimer la pensée. Si cette pensée […]
    Antoine Champagne - kitetoa
  • Un homme armé dans un spectacle d’enfants ? Normal… 21 juin 2017
    Un flic armé, en civil, dans un spectacle de danse d’enfants en bas âge couvés du regard par leurs parents admiratifs ? C’est tout à fait possible et c’est même très bien comme ça. C’est […]
    Antoine Champagne - kitetoa
  • Fabriquer de l’Internet, c’est faire de la politique 19 juin 2017
    « Les gens savent maintenant que l’économie c’est de la politique » : cette phrase, tirée de la conférence et de l’interview d’un hacktiviste, Lunar — que vous pouvez entendre dans la dernière du Pistolet et la […]
    drapher
  • Guerre psychologique électorale et big data : un business florissant 14 juin 2017
    Les méthodes des agences de renseignements tout comme celles des centres de commandement militaire ont évolué. Des outils logiciels — d’analyse et d’influence en ligne — ont été développés par ces organismes d’Etat, [ou ont […]
    drapher
  • Faire de la politique autrement, ou pas… 13 juin 2017
    C’était un peu son argument massue de campagne. Emmanuel Macron allait faire table rase du passé et faire de la politique autrement. Jusqu’ici, c’est assez réussi. Si l’on en croit la majorité de la presse […]
    Antoine Champagne - kitetoa
  • En Marche pour l’Etat d’urgence permanent ! 8 juin 2017
    En Marche ! est un parti formidable, qui change la pratique politique, renouvelle les élus, et nous inspire les plus vifs espoirs, comme il se doit. L’espoir c’est de voir notre vieille démocratie se réformer, se […]
    drapher
  • Le jour du début [global zero day] (End Of File) 8 juin 2017
    *   *   * L’assemblée était parfaitement silencieuse. Les regards allaient du désarroi à l’incrédulité, en passant par l’amusement. Les équipes des meilleurs agents d’Interpol ne savaient visiblement pas quoi faire des informations que Jonas […]
    drapher
  • « Non, tous les designers ne bossent pas pour rendre les gens accros ! » – Entretien avec Geoffrey Dorne 15 juin 2017
    Pour Geoffrey Dorne, le monde du design serviciel recherche bien trop souvent des usages pour rendre dépendant. Tout l’inverse de.. The post « Non, tous les designers ne bossent pas pour rendre les gens accros ! » – Entretien avec Geoffrey Dorne appeared first on OuiShare FR - Itinéraires pour une Société Collaborative by Samuel […]
    Samuel Roumeau
  • OuiShare Fest : Villes de tous les pays, unissez-vous ! – Vaste programme ! 6 juin 2017
    Pour sa cinquième édition, le OuiShare Fest, qui se tiendra du 5 au 7 juillet prochains aux Magasins Généraux à.. The post OuiShare Fest : Villes de tous les pays, unissez-vous ! – Vaste programme ! appeared first on OuiShare FR - Itinéraires pour une Société Collaborative by Arthur De Grave.
    Arthur De Grave
  • La démocratie ne va pas se faire toute seule, alors bougeons! 29 mai 2017
    La démocratie inspirée des schémas de pensée du 20ème siècle bat de l’aile, et le semblant de participation qu’institue le.. The post La démocratie ne va pas se faire toute seule, alors bougeons! appeared first on OuiShare FR - Itinéraires pour une Société Collaborative by OuiShare.
    OuiShare
  • Nous citoyens, créons des espaces du « libres ensemble » dans la ville 18 mai 2017
    Démocratie participative, hacking urbain, tiers-lieux, numérique… Les citoyens ont désormais entre leurs mains de nouveaux outils, comme autant de baguettes.. The post Nous citoyens, créons des espaces du « libres ensemble » dans la ville appeared first on OuiShare FR - Itinéraires pour une Société Collaborative by Céline Beaufils.
    Céline Beaufils
  • Entrepreneurs urbains : le OuiShare Fest vous veut du bien! 17 mai 2017
    Pour sa 5ème édition, le OuiShare Fest 2017 appelle les entrepreneurs d’Ile-de-France et de Navarre à se jeter dans son.. The post Entrepreneurs urbains : le OuiShare Fest vous veut du bien! appeared first on OuiShare FR - Itinéraires pour une Société Collaborative by OuiShare.
    OuiShare
  • L’innovation ouverte va dévorer la mobilité – Entretien avec Gabriel Plassat 9 mai 2017
    Grand architecte de la Fabrique des Mobilités, Gabriel Plassat est l’un des visionnaires et personnalités incontournables de la mobilité en.. The post L’innovation ouverte va dévorer la mobilité – Entretien avec Gabriel Plassat appeared first on OuiShare FR - Itinéraires pour une Société Collaborative by Paul Richardet.
    Paul Richardet
  • Maire de toutes les transitions – Entretien avec Johanna Rolland 25 avril 2017
    Depuis son élection à la tête de la sixième ville de France en 2014, elle a fait du collaboratif, de.. The post Maire de toutes les transitions – Entretien avec Johanna Rolland appeared first on OuiShare FR - Itinéraires pour une Société Collaborative by Côme Bastin.
    Côme Bastin
  • Bastions, barons, bobos, la ville ouverte aura votre peau ! 21 avril 2017
    Vous êtes devant votre écran, c’est la première fois que vous faites cette démarche-là sur le site internet de votre.. The post Bastions, barons, bobos, la ville ouverte aura votre peau ! appeared first on OuiShare FR - Itinéraires pour une Société Collaborative by vincentlaurent.
    vincentlaurent
  • Darwin : un nouveau récit pour la ville – Entretien avec Jean Marc Gancille 30 mars 2017
    Bénéficiant d’une Autorisation d’Occupation Temporaire au sein de l’espace Darwin à Bordeaux, 40 structures associatives sont désormais priées de plier.. The post Darwin : un nouveau récit pour la ville – Entretien avec Jean Marc Gancille appeared first on OuiShare FR - Itinéraires pour une Société Collaborative by Samuel Roumeau.
    Samuel Roumeau
Welcome , today is dimanche, 25 juin 2017