Lequel des deux affiche le plus grand sourire? Sur la photo, la Ministre de l’EN et le PDG de Microsoft France sont rayonnants. C’est pourtant une nouvelle calamité qu’ils annoncent aux élèves, aux enseignants et aux parents…

13 millions! C’est ce que va débourser Microsoft pour le plan numérique du gouvernement! En échange de cette somme insignifiante pour la multinationale, l’Éducation Nationale va lui ouvrir toutes grandes les portes des établissements scolaires. Au menu: mise en place du « cloud » Microsoft, formations « gratuites » pour les enseignants, « charte de confiance » (sic!), mise à disposition de la suite bureautique de Microsoft etc.

En clair, pour une poignée de lentilles, ce gouvernement veut livrer enfants et enseignants pieds et poings liés à une entreprise qui pratique l’évasion fiscale à grande échelle et continue à pratiquer la vente liée dans un pays où cette pratique est illégale.

Ajoutons que Microsoft pratique l’espionnage systématique de la population, que ses intérêts sont et ont toujours été d’enfermer les utilisateurs dans un éco-système totalement verrouillé au rebours des valeurs d’éducation et d’ouverture que prône l’EN et l’on comprendra la réaction outragée de centaines de professionnels et de dizaines d’associations et de syndicats à l’annonce de cet accord.

L'école en l'an 2000 © d'après Jean-Marc Côté (vers 1900)

Cette décision révoltante démontre de façon éclatante l’ignorance totale dont font preuve nos politiques en matière d’éducation et d’informatique (et la collusion de leurs conseillers avec les puissances commerciales). Nous sommes des milliers de professionnels à nous battre au quotidien contre l’emprise des multinationales du numérique dans l’éducation, d’abord et avant tout parce que cette emprise est contraire à nos missions et aux principes que nous sommes chargés de défendre, la liberté, l’égalité, la fraternité et la laïcité.

Obliger enseignants et élèves à utiliser un système aussi verrouillé que Windows, à utiliser une suite bureautique et des formats non interopérables, et par conséquent omettre de leur faire découvrir les fomats et les logiciels libres et ouverts constitue bien une atteinte à leur liberté.

Utiliser des logiciels commerciaux en classe c’est obliger élèves et enseignants à les utiliser à la maison, et ce faisant leur imposer d’acheter des logiciels coûteux, quand des alternatives libres (et gratuites) existent, c’est une atteinte à l’égalité.

Conforter les élèves utilisateurs d’ordinateurs dans leur rôle de consommateurs de logiciels commerciaux, au lieu de leur faire découvrir les vertus des communautés d’utilisateurs de logiciels libres et de la mise en commun de ressources, c’est une atteinte aux principes de fraternité et de solidarité.

Obliger tous les membres de la communauté éducative à utiliser des logiciels et des formats propriétaires dans le monde de l’éducation, c’est une nouvelle offensive des intérêts commerciaux à l’intérieur du service public, et cela constitue donc une atteinte à la laïcité de l’école.

Et le choix fait par le ministère de l’Éducation Nationale n’a même pas l’excuse de l’efficacité: tous les professionnels savent que les produits Microsoft sont de piètre qualité, qu’ils enferment les utilisateurs dans un système qui les rendra dépendants indéfiniment et qui coûte chaque année une fortune à notre pays …

Si la Ministre souhaite suivre un cours de découverte de la notion de format ouvert et d’interopérabilité, nous serons nombreux à lui ouvrir les portes de nos classes et de nos amphis …

Bruno Menan, enseignant et membre de l’APRIL

SIGNER ET FAIRE SIGNER LE COMMUNIQUÉ (plus de 6000 signataires au 24 janvier 2016)

Licence Creative Commons


SOURCE @ https://blogs.mediapart.fr/ilian-amar/blog/081215/leducation-nationale-vend-nos-enfants-microsoft-pour-13-millions

Le 8 déc. 2015 Par Ilian Amar Blog : L’informatique est politique

Le Club est l’espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n’engagent pas la rédaction.

Fermer le menu
more