Voilà voilà.

C’était cousu de fil blanc, mais nous ne pouvions nous résigner à abandonner tout espoir, persuadés que cela ne pouvait pas arriver dans notre pays, que la raison allait forcément reprendre le dessus.

Et bien non.

L’Assemblée Nationale a donné un oui massif en faveur de la loi sur le renseignement , qui autorise entre autres la surveillance de masse par l’installation de boîtes noires chez nos FAI et hébergeurs, et l’utilisation de systèmes intrusifs sans autorisation du pouvoir judiciaire, et pour des motifs aux contours très flous.

438 votes contre 86, le combat fut inégal, et la liste des traîtres est disponible ici . Utile pour les prochaines élections.

Maigre consolation pour moi, parmi les 5 députés de mon département (à qui j’avais adressé un courriel exprimant ma position) : 2 pour, 2 contre, une abstention. Dommage que le résultat national ne fut pas plus proche de ce résultat.

Le texte doit encore passer au Sénat au mois de juin, mais j’avoue ne plus avoir trop d’espoir sur l’issue finale.

Que faire à présent ?

D’un point de vue politique

J’avoue que le dégoût face au résultat de ce vote, à l’absence de débat digne de ce nom, à l’apparente incompréhension des enjeux de la part de nos représentants, a failli me conduire à déchirer ma carte d’électeur, considérant que, une fois pour toute, il n’y avait vraiment plus rien à attendre du système en place.

Mais s’il est vrai que je n’ai pas le caractère de ce genre de réaction impulsive, je me dis surtout que ce morceau de carton pourra peut-être encore servir… en particulier dans deux cas précis :

– si par le plus grand des miracles un parti politique digne de confiance venait à émerger (#utopie),

– infiniment plus probable, s’il était nécessaire une fois de plus de sauver le pays d’une solution pire que tout, à base de formation politique occupant la majeure partie du temps d’antenne des médias depuis de longs mois, et jouant actuellement au jeu dramatico-familial pour montrer à quel point il est devenu fréquentable.

Et puis après tout, mettre un bulletin blanc dans l’urne est aussi une manière d’exprimer son désaccord, aussi inutile que cela puisse paraître.

Je salue le courage de ceux qui décident de s’engager en politique pour tenter de changer ce qui ne leur convient pas, pour ma part je n’ai pas la force de consacrer ma vie à tenter de faire boire un âne qui n’a plus soif.

Je crois de plus en plus que le seul remède au mal qui ronge nos démocraties sera de remettre à zéro une grande partie de son fonctionnement .

Nul doute que la technologie, que nos chers dirigeants tentent de contrôler par tous les moyens, aura un rôle clé à jouer dans un système plus juste, plus transparent, plus honnête.

En attendant il est nécessaire pour moi de prendre beaucoup de recul, de continuer à m’informer et à échanger sur le sujet avec toutes les bonnes volontés.

D’un point de vue technique

Il n’est évidemment pas question de se laisser voler notre vie privée pour des prétextes fallacieux, et la magie de la technique permet toujours aux plus curieux de contourner les excès liberticides .

Je n’entrerai pas dans le détail pour le moment, car je ne m’estime pas encore suffisamment compétent sur le sujet, mais tu peux croire que cela va rapidement changer.

Je pense évidemment à :

– l’utilisation de VPN ,

– l’utilisation du réseau TOR , voir de système d’exploitation complets comme Tails ,

– l’hébergement de nos blogs et sites web à l’étranger. Je compte sur nos hébergeurs préférés pour nous proposer des solutions.

En attendant bien sûr la prochaine étape dans la surenchère réglementaire pour légiférer sur l’utilisation de tout ces outils.

Comptons sur nos politiques pour préparer leurs textes en secret et faire passer les pires lois à la prochaine attaque terroriste sur notre territoire.

Rappelle-moi : qui a gagné au final ?

>>> Source & illustrations @ http://coreight.com/content/trahison-deputes-loi-renseignement

Fermer le menu
more