I. Analyse de notre système politique : l’élection crée notre impuissance politique19 minute(s) de lecture

Parent page: Argumentaire

I. A. Notre impuissance politique est prévue par la Constitution

« Il faut qu’une constitution soit courte et obscure. Elle doit être faite de manière à ne pas gêner l’action du gouvernement. » (Napoléon Bonaparte)

L’ensemble des normes (Déclaration des droits de l’Homme, lois, décrets, contrats…) sont hiérarchisées dans le droit français selon la pyramide des normes. Au sommet de celle-ci se trouve la Constitution, qui s’impose à tous les textes de loi. Pour comprendre les défauts de notre système politique, il convient de s’intéresser à ce texte qui est supposé organiser au mieux les pouvoirs en nous protégeant des abus et en nous assurant du respect d’un certain nombre de libertés fondamentales.

1Nous devons d’abord faire le constat de notre impuissance politique : nous ne sommes que de simples électeurs, notre avis sur la politique nationale ne doit être pris en compte qu’une fois tous les 5 ans. Entre temps, le référendum est laissé à l’initiative des dirigeants et il n’existe aucune possibilité légale de faire annuler leurs décisions si le peuple les conteste (hormis le contrôle de constitutionnalité, mais de nombreuses lois conformes à la constitution de la Ve République ont fait l’objet de contestations populaires). En outre, les mandats ne sont pas impératifs et donc les programmes des candidats ne sont pas des engagements solides.

2Il nous faut aussi constater l’inertie du système : le choix que l’on nous propose lors des élections ne nous permet pas de défendre l’intérêt général. Quel que soit le parti que l’on nous présente, les inégalités sociales et le chômage demeurent voire empirent, nos services publics ne sont pas défendus voire sont menacés… Bref, il n’est pas étonnant dans ces conditions que les gens s’abstiennent de voter. Pour l’anecdote, le bipartisme a été dénoncé avec humour et pertinence par l’ancien premier ministre canadien Tommy Douglas en 1944 dans un discours allégorique connu sur le « pays des souris », invariablement gouverné par des chats (noirs ou blancs)… Un discours aisément transposable à d’autres pays et d’autres époques…

3Nous sommes insuffisamment protégés contre les abus de pouvoir car nous élisons des maîtres qui prétendent abusivement être nos représentants. « Pour pouvoir devenir le maître, le politicien se fait passer pour le servant. » (citation attribuée à Charles de Gaulle). Nous avons certes une toute petite garantie : la séparation des pouvoirs (souple, en plus : en pratique, l’exécutif utilise la majorité législative de son bord politique pour légiférer, et l’indépendance de la justice est un idéal menacé). Mais malgré cela, nos dirigeants mènent des politiques qui nous sont défavorables et des inégalités sociales très fortes pèsent sur notre société. La constitution de la Suisse indique dans son préambule, elle, que « La force de la communauté se mesure au bien-être du plus faible de ses membres. ». Ajoutons à cela que nos maîtres politiques sont régulièrement impliqués dans des scandales qui montrent qu’ils défendent des intérêts particuliers et donc abusent de leur pouvoir. Il faut bien comprendre que le concept de « démocratie représentative » n’a été inventé que pour légitimer des régimes instaurés par des gens qui craignaient le pouvoir du peuple. Aux États-Unis, le philosophe Takis Fotopoulos relève que « Les pères fondateurs de la constitution américaine n’en voulaient pas (fin du XVIIIe siècle) et ont donc inventé la démocratie représentative. Leur objectif réel était de dissoudre le pouvoir populaire, afin de garantir que le système démocratique, qui prétendait répartir le pouvoir à égalité, serait bien compatible avec la dynamique de l’économie de marché, qui provoquait déjà une concentration du pouvoir entre les mains d’une élite. […] Si la démocratie représentative a été inventée, ce n’est pas parce que la population était trop nombreuse. Le raisonnement des pères fondateurs n’était pas : “La représentation est nécessaire parce que la république à un vaste territoire” mais “Il est souhaitable d’avoir une république territorialement étendue pour que la représentation soit inévitable”. La notion de représentation […] a donc été imaginée pour servir de filtre : elle était exactement l’inverse de l’Iségoria, l’impératif d’égalité de parole de la démocratie. […] Ainsi comprise, la démocratie cessait d’être l’exercice du pouvoir politique : on en faisait au contraire l’abandon de ce pouvoir, qui se trouvait transférée, via les élections, à une élite politique. ». En France, l’abbé Sieyès (député du tiers-état ayant rédigé le serment du Jeu de paume et participé à la rédaction de la constitution après la Révolution) le reconnaissait lui-même dans un discours du 7 septembre 1789 : « Les citoyens qui se nomment des représentants renoncent et doivent renoncer à faire eux-mêmes la loi ; ils n’ont pas de volonté particulière à imposer. S’ils dictaient des volontés, la France ne serait plus cet État représentatif ; ce serait un État démocratique. Le peuple, je le répète, dans un pays qui n’est pas une démocratie (et la France ne saurait l’être), le peuple ne peut parler, ne peut agir que par ses représentants. ».

4« Aux yeux des riches, la seule valeur de votre existence, c’est qu’ils ont besoin de votre bulletin de vote à chaque élection pour faire élire les politiciens dont ils ont financé la campagne. » (Michael Moore). Il est quasiment impossible pour un citoyen lambda de s’engager pour participer aux décisions politiques du pays car il n’y a pas d’égalité réelle entre les candidats aux élections. Le mythe de l’égale éligibilité des citoyens ne tient pas : pour être élu par des millions de personnes, il ne suffit pas d’avoir des qualités, il faut se faire connaître par une campagne que seule une personne très riche ou soutenue par des puissances d’argent peut financer. Ceci vaut autant pour l’aspect matériel que pour la présence dans les médias nationaux, l’égalité réelle du temps de parole dans les médias de masse n’existant que pendant quelques semaines avant les élections — et c’est même d’ailleurs déjà trop pour un certain nombre d’éditorialistes. Or ces puissances d’argent (les 1 %, parfois proches des plus gros actionnaires des médias de masse) ont des intérêts particuliers plutôt contraires à l’intérêt général (ou du moins à l’intérêt du plus grand nombre, les 99 %) (exemple : le Code du travail) : l’élection nous assure que nos dirigeants seront redevables de leur élection à des puissances d’argent et non au peuple, donc qu’ils n’agiront pas dans l’intérêt de ce dernier (ou seulement en apparence juste avant les élections pour briguer un nouveau mandat), tout simplement car d’autres intérêts priment. On remarque au passage que, sauf mandat unique prévu par la constitution, les élus doivent travailler à leur réélection en même temps qu’ils exercent leurs fonctions. L’élection prévoit donc intrinsèquement que l’élu ne travaillera pas exclusivement à préserver l’intérêt général (il doit aussi travailler à préparer sa réélection ou à organiser sa succession).

5La constitution qui s’impose à nous aujourd’hui est un héritage de celle du 4 octobre 1958, qui a été écrite pour De Gaulle. Elle a donné un pouvoir démesuré à l’exécutif. Cela avait du sens pour un homme qui voulait sincèrement défendre les intérêts nationaux, mais c’est dangereux pour des présidents moins vertueux. Notre constitution actuelle, bien que réformée sur de nombreux points depuis 1958, a gardé cette esprit d’exécutif fort typique d’une « dictature éclairée » menée par la personne du Président. Est-ce vraiment le meilleur système pour protéger le peuple des abus de pouvoir ? On peut en douter.

« C’est un extrême malheur d’être sujet d’un maître duquel on ne peut jamais être assuré qu’il soit bon, puisqu’il est toujours en sa puissance d’être mauvais quand il le voudra. » (Étienne de la Boétie, La servitude volontaire, 1576).

6« Dès qu’on se laisse gouverner, on est mal gouverné. » (Alain). Dans le système actuel, nous sommes dépossédés de tout rôle politique quotidien : notre implication est l’exception au lieu d’être la règle. Nous sommes ainsi éloignés de la politique alors que c’est elle qui est susceptible de protéger nos services publics et nos salaires, de réduire le chômage, la pauvreté, les conflits avec son employeur… Brefs, nos problèmes de tous les jours, qui intéressent forcément chaque individu, même celui qui prétend que la politique ne le concerne pas !

7Si nous tentons de nous révolter, on nous rétorque qu’il suffit d’aller voter et la police nous réprime : notre impuissance politique est rendue possible par l’existence d’élections qui légitiment que l’on étouffe (ou du moins ignore) toutes les contestations qui s’expriment autrement que par la voie électorale (réforme des retraites, aéroport de Notre-Dame-des-Landes, mariage homosexuel…). Cela se traduit par la tendance de l’oligarchie élue par la majorité à imposer ses vues aux minorités politiques et à éviter toute initiative de délibération à visée décisionnelle au sein du peuple. Ainsi, la prise en compte des intérêts des minorités n’est assurée que par le bon-vouloir occasionnel des élus de la majorité (exemple des droits des LGBT ou des étrangers, longtemps méprisés et encore partiellement ignorés pour la simple et bonne raison qu’il n’est pas rentable dans un système électif de défendre des minorités puisque c’est la majorité seule qui a le pouvoir de réélire).

8« Le secret d’une autorité, quelle qu’elle soit, tient à la rigueur inflexible avec laquelle elle persuade les gens qu’ils sont coupables. » (Raoul Vaneigem). Au-delà de la légitimation de l’action des élus au détriment de toute contestation extérieure au processus électif, l’élection permet d’attribuer à l’ensemble des électeurs la responsabilité des erreurs des élus. Si les actions de l’élu sont mauvaises, les électeurs sont supposés avoir une part de responsabilité : ils auraient fait un mauvais choix, ils n’auraient pas été capables de prévoir les trahisons possibles dans le futur mandat ! Mais la liberté du choix (qui autorise le blâme postérieurement) ne commence qu’à partir de l’instant où l’on fait la différence entre ce qui dépend de nous et ce qui ne dépend pas de nous. Cette rhétorique évite en fait aux élus d’avoir à assumer la pleine responsabilité de leurs décisions en laissant dire que leurs erreurs dépendent en partie de la volonté de leurs électeurs.

>>> Source @ http://lavraiedemocratie.fr/7-i-a-notre-impuissance-politique.html

I. B. L’élection n’est pas un catalyseur mais un inhibiteur de démocratie

« Il convient de ne pas violer l’un des principes fondamentaux de la méthodologie scientifique, à savoir de prendre les réfutations au sérieux. » (Paul Feyerabend)

1La démocratie est, littéralement, un régime politique qui donne le pouvoir (cratos) au peuple (demos). Il y a un problème majeur de définition du mot « démocratie » aujourd’hui : on nous a pris le terme permettant de désigner le régime que nous n’avons pas mais que nous pourrions souhaiter (l’authentique démocratie). Le terme sert aujourd’hui à désigner le régime actuel, alors que celui-ci devrait s’appeler « gouvernement (prétendument) représentatif ». Le mot « démocratie » a de plus été vidé de sa substance en étant employé n’importe où (on entend parler de « débat démocratique », de « décision démocratique », d’« élection démocratique »…). Quelques penseurs rappellent fort à propos ce qu’il faut entendre par démocratie : « Notre Constitution est appelée démocratie parce que le pouvoir est entre les mains non d’une minorité, mais du peuple tout entier. » (citation attribuée par Thucydide à Périclès), « Nous ne vivons pas dans des démocraties. […] Nous vivons dans des États de Droit oligarchiques, c’est-à-dire dans des États où le pouvoir de l’État est limité par la double reconnaissance de la souveraineté populaire et des libertés individuelles [et rien de plus concrètement]. » (Jacques Rancière), « La démocratie est le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple. » (Abraham Lincoln), « Est démocratique une société qui se reconnaît divisée, c’est-à-dire traversée par des contradictions d’intérêts, et qui se fixe comme modalité d’associer à part égale chaque citoyen dans l’expression de ces contradictions, l’analyse de ces contradictions et la mise en délibération de ces contradictions en vue d’arriver à un arbitrage. » (Paul Ricœur), « La démocratie n’est pas dans l’origine populaire du pouvoir, elle est dans son contrôle. La démocratie, c’est l’exercice du contrôle des gouvernés sur les gouvernants. Non pas une fois tous les cinq ans, ni tous les ans, mais tous les jours. » (Alain).Au regard de telles définitions, notre régime n’est clairement pas une « démocratie ». Nous sommes plutôt dans une oligarchie (car ce sont toujours les mêmes personnes qui nous dirigent : des professionnels de la politique qui correspondent à un milieu social homogène), dans une ploutocratie (car ce sont toujours des gens des classes aisées qui nous dirigent, jamais des pauvres) et dans une aristocratie(seuls ceux qui sont censés être les « meilleurs » pour gouverner, déterminés par l’élection, obtiennent le pouvoir : la direction effective des affaires publiques n’est pas l’affaire de tous les citoyens mais seulement d’une élite). Au lieu d’« oligarchie », certains parlent aussi de « cratocratie » (le pouvoir de ceux qui ont déjà le pouvoir) pour indiquer que les hommes au pouvoir s’en servent pour le garder (et ce sans être inquiétés par des contre-pouvoirs). C’est clairement l’élection qui est responsable de cette situation et qui nous éloigne de la politique et du pouvoir : « L’élection […] crée une division du travail politique. La politique a affaire avec le pouvoir, et la division du travail en politique ne signifie et ne peut signifier rien d’autre que la division entre gouvernants et gouvernés, dominants et dominés. Une démocratie acceptera évidemment la division des tâches politiques, non pas une division du travail politique, à savoir la division fixe et stable de la société politique entre dirigeants et exécutants, l’existence d’une catégorie d’individus, dont le rôle, le métier, l’intérêt, est de diriger les autres. » (C. Castoriadis)

« À l’instant qu’un peuple se donne des représentants, il n’est plus libre ; il n’est plus. »(Rousseau)

2La notion de « démocratie représentative », parfois utilisée pour justifier que notre régime ne corresponde pas à la définition de la démocratie, n’a pas de sens. Elle est généralement utilisée pour être opposée à la « démocratie directe » (la vraie, en fait : cette dernière expression est un pur pléonasme), mais la notion de démocratie représentative suppose que les représentants ne sont que des porte-paroles du peuple, des délégués se contentant de respecter la volonté de leurs électeurs. Or les exemples de ruptures entre les décisions des élus et la volonté des électeurs sont extrêmement nombreux et mettent sérieusement en doute la possibilité en pratique qu’un régime représentatif puisse s’appeler « démocratie ». On peut penser au TCE, voté par les parlementaires en 2007 sous la forme du traité de Lisbonne malgré un « non » du peuple au référendum de 2005). On doit aussi remarquer que les élus ne nous représentent jamais socialement parlant (on trouve beaucoup moins d’ouvriers et de pauvres au pouvoir qu’il n’en existe réellement dans la société) alors que la notion de démocratie porte cette exigence de diversité sociale au sein des dirigeants (puisque c’est le peuple qui gouverne). Un régime qui accorde dans les faits davantage de représentants aux cadres qu’aux ouvriers n’introduit pas d’égalité sociale entre les citoyens (selon la classe à laquelle on appartient, on n’est pas aussi bien représenté).

3L’élection pousse au regroupement en partis dirigés par des chefs (car un même parti peut se présenter à toutes les élections locales et être connu des électeurs, alors que les noms des candidats diffèrent partout et ne sont pas connus des électeurs). Or les partis politiques ont des logiques internes de conquête de pouvoir : leur objectif premier n’est pas de servir l’intérêt général, mais de conquérir le pouvoir pour imposer à tous un programme uniquement voulu par leurs membres. Ces programmes sont de plus le lieu privilégié des propositions simples et apparemment séduisantes mais inapplicables en pratique. « Les politiciens ne trouvent pas intéressante une opinion qui ne se prête pas à des déclamations de parti, et le commun des mortels préfère des opinions qui attribuent son malheur aux machinations de ses ennemis. Par conséquent, les hommes luttent pour ou contre des mesures tout à fait inapplicables, tout en se gardant bien d’écouter les quelques hommes dont l’opinion est rationnelle mais qui ne flattent les passions de personne. » (Bertrand Russel, Essais sceptiques, 1933). L’élection pousse dans la même veine au mensonge afin de séduire l’électeur, quitte à annoncer des promesses intenables. Par conséquent, est élu celui qui ment le mieux, celui qui dont le parti a trouvé la meilleure stratégie publicitaire pour mettre en valeur son candidat, celui qui a trouvé le programme le plus séduisant quitte à être irréalisable. L’élection sélectionne des gens qui ont une compétence publicitaire (l’existence de communicants qui entourent nos dirigeants politiques en est une bonne preuve), pas forcément une compétence pour gouverner un pays. 200 ans d’élections nous ont montré que les élus cherchaient largement à préserver des intérêts particuliers, qu’on obtenait rarement des gens si compétents et vertueux que cela.

« Les peuples une fois accoutumés à des maîtres ne sont plus en état de s’en passer. »(Rousseau)

4L’élection rend complètement inutile le débat entre citoyens et la recherche de décisions convenant au plus grand nombre. Le vote étant individuel, chacun est invité à voter selon ses intérêts propres (typiquement, les pauvres qui votent à gauche pour garder leurs allocations et les riches qui votent à droite pour ne pas avoir davantage d’impôts à payer). C’est ce que constatent les chercheurs Lazarsfeld, Berelson et Gaudet dans The People’s Choice. How the voter makes up his mind. en étudiant les élections présidentielles de 1940 aux États-Unis : « Les vrais électeurs hésitants – les citoyens à l’esprit ouvert qui font de sincères efforts pour soupeser les enjeux et les candidats sans passion et pour le bien de leur pays dans son ensemble – existent principalement dans la propagande de campagne, dans les livres d’éducation civique, dans les films, ou dans la pensée d’idéalistes politiques. Dans la vraie vie, ils sont en fait peu nombreux. ». La recherche de l’intérêt général ne vient pas naturellement, il faut l’encourager, et ce n’est sûrement pas ce que les élections incitent à faire.

« La dictature parfaite serait une dictature qui aurait les apparences de la démocratie, une prison sans murs dont les prisonniers ne songeraient pas à s’évader. Un système d’esclavage où, grâce la consommation et au divertissement, les esclaves auraient l’amour de leur servitude. » (Le Meilleur des mondes, Aldous Huxley)

5« Agrandir et améliorer les cages est le contraire de les abolir. » (Louis Scrutenaire). On ne peut pas espérer réformer un régime représentatif fondé sur l’élection pour obtenir une démocratie, même avec des mandats impératifs, de la proportionnelle aux législatives ou un référendum révocatoire d’initiative populaire. Le problème est en effet plus fondamental encore : pour ne pas avoir des milliers de candidats à chaque élection (ce qui serait techniquement ingérable et insensé sur le plan théorique), il faudra toujours trouver un moyen de présélectionner les candidats, ce qui se fera mécaniquement au détriment des mouvements minoritaires, alors que la démocratie devrait aussi préserver l’expression politique de ceux-ci. De fait, l’élection nous donnera toujours à faire un faux choix entre des candidats que nous n’avons pas réellement choisis. Enfin, si nous tentons de rendre le système moins révoltant, cela risque seulement de rendre plus difficile l’émergence d’une contestation massive et globalede l’ensemble de la Constitution de la Ve République.

  • Comment un revenu de base pourrait renforcer la communauté dans une ère d’individualisme 20 juillet 2017
    Traduction par Maxime Vendé d’un article de Kate McFarland initialement publié sur Basic Income News. Max Harris and Alexander E. […] Cet article Comment un revenu de base pourrait renforcer la communauté dans une ère d’individualisme est apparu en premier sur Mouvement Français pour un Revenu de Base.
    Kate McFarland
  • Canada : un documentaire sur le revenu de base fait appel au financement participatif 6 juillet 2017
    Une campagne de financement participatif est lancée pour un nouveau documentaire sur le revenu de base, The Mincome Experiment. Kreytor […] Cet article Canada : un documentaire sur le revenu de base fait appel au financement participatif est apparu en premier sur Mouvement Français pour un Revenu de Base.
    André Coelho
  • La vice-présidente d’UBIE fonde un parti pour le revenu de base en Suède 4 juillet 2017
    Lena Stark, vice présidente du mouvement européen pour un revenu de base (UBIE), vient de lancer en Suède un nouveau […] Cet article La vice-présidente d’UBIE fonde un parti pour le revenu de base en Suède est apparu en premier sur Mouvement Français pour un Revenu de Base.
    Kate McFarland
  • La société du choix, une utopie féministe ? 29 juin 2017
    Le revenu de base universel n’est pas pensé comme un outil de lutte contre les discriminations, mais c’est une mesure […] Cet article La société du choix, une utopie féministe ? est apparu en premier sur Mouvement Français pour un Revenu de Base.
    Nicolas Toublanc
  • La semaine internationale du revenu de base se tiendra du 18 au 24 septembre 2017 27 juin 2017
    Avec le Mouvement français pour le revenu de base, vous aussi engagez-vous et participez à la semaine internationale du revenu […] Cet article La semaine internationale du revenu de base se tiendra du 18 au 24 septembre 2017 est apparu en premier sur Mouvement Français pour un Revenu de Base.
    La Rédaction
  • En Californie, le département de recherche parle du revenu de base 23 juin 2017
    Le département de recherche de Californie organisait le 23 mars une conférence sur les défis sociaux auxquels l’État est confronté. Le […] Cet article En Californie, le département de recherche parle du revenu de base est apparu en premier sur Mouvement Français pour un Revenu de Base.
    La Rédaction
  • Une université d’été pour construire l’avenir du revenu de base 21 juin 2017
    Le Mouvement français pour un revenu de base (MFRB) organise du 17 au 20 août 2017 son université d’été. Au […] Cet article Une université d’été pour construire l’avenir du revenu de base est apparu en premier sur Mouvement Français pour un Revenu de Base.
    La Rédaction
  • Retour sur trois jours de conférence sur le revenu de base et les monnaies locales à Aramon 19 juin 2017
    Le Mouvement français pour un revenu de base (MFRB) a organisé ses rencontres trimestrielles du 25 au 27 mai à […] Cet article Retour sur trois jours de conférence sur le revenu de base et les monnaies locales à Aramon est apparu en premier sur Mouvement Français pour un Revenu de Base.
    La Rédaction
  • L’OCDE : une logique financière au détriment d’une logique économique 8 juin 2017
    L’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) a rendu le 24 mai dernier un rapport assez critique sur le […] Cet article L’OCDE : une logique financière au détriment d’une logique économique est apparu en premier sur Mouvement Français pour un Revenu de Base.
    La Rédaction
  • Quelle fin absurde! – La vie à la fin de l’empire (2010 – VOSTFR) 4 juillet 2017
    Ne vous fiez pas au titre énigmatique ou à l’aspect visuel un peu dépassé  de ce documentaire, c’est un pur chef-d’œuvre.  « Quelle fin absurde ! La vie à la fin de l’empire » traite de l’effondrement systémique, dans la veine d’un documentaire comme « collapse ». Il oriente le spectateur vers la compréhension des différentes mécaniques qui sous-tendent […]
    Stéphane
  • Rencontre avec Kalune 6 juin 2017
    Nous l’avions déjà croisé lors des rassemblements contre Monsanto ou Tafta, organisés entre autres par nos amis du collectif citoyen les Engraineurs. Événements au cours desquels il avait interprété – avec son ancien groupe – « Les Gueules de Wab » certains de leurs morceaux comme Indignés par exemple. Évoluant dorénavant sous le pseudo de Kalune, l’artiste a publié il y […]
    Kxxx
  • Développement durable et biodiversité : quand les politiques européennes menacent la survie de la Méditerranée 21 avril 2017
    Article de Philippe Vergnes pour le 4ème singe. Comme aime parfois à nous le rappeler la Divine Providence, un curieux hasard du calendrier à fait coïncider, à quelques jours d’intervalles, plusieurs informations que l’on pourrait qualifier de contradictoires en matière de préservation de la biodiversité méditerranéenne. Vous l’ignorez peut-être, mais l’Europe dispose d’une compétence exclusive […]
    Stéphane
  • Les créatifs culturels : l’émergence d’une nouvelle conscience (Ariane Vitalis) 11 avril 2017
    Ariane Vitalis est une de ces jeunes qui se donne aujourd’hui les moyens de changer le monde. Elle véhicule à travers ses nombreux projets, de nombreux espoirs propres à une génération qui ignore encore beaucoup trop l’impact qu’elle aura sur le monde. Retour sur cette vision qui, dans un monde où il vaut mieux avoir […]
    Laura Ginisty
  • Oui au libre marché ! Libérons les économies (le film) 1 mars 2017
    (Illustration de Pawel Kuczynski) Oui au libre marché ! Libérons les économies (le film) Alors que Emanuel Macron a été élu Président de la république française, que comme tous (ou presque) les candidats, il a usé de promesses encore et toujours. Ils nous parlent (comme depuis 40 ans) de degrés de libéralisation des marchés, car selon […]
    Ben31
  • L’ère de la pensée unique 25 février 2017
    A l’heure de la post vérité, des fake news, de l’élection de Trump, du décodex et d’autres initiatives prises pour réguler ces phénomènes, il nous a semblé nécessaire de réaliser cette vidéo afin de vous donner une autre analyse de ces phénomènes. Car les dérives potentielles de ces initiatives sont inquiétantes et nécessitent donc que […]
    Stéphane
  • Les médias créent le réel 15 janvier 2017
    Avant de commencer la lecture de cet article, nous vous invitons à regarder la carte des propriétaires des médias réalisée par ACRIMED La fabrique du réel En 1988, Noam Chomsky et Edward Herman publiaient le livre « la fabrique du consentement ». Ce livre proposait une grille d’analyse des méthodes de propagandes des médias de masse et […]
    Stéphane
  • Vers l’écolieu, pour une solidarité forte et des alternatives concrètes. 3 janvier 2017
    Vers l’écolieu rassemble une cinquantaine de membres entre 20 et 75 ans qui ont envie de quitter l’île de France pour créer une vie qui leur correspond mieux, probablement un peu plus au vert, tout en gagnant en vie sociale. On nous a parlé des colocs entre étudiants et étudiantes, de l’habitat partagé entre trentenaires […]
    Stéphane
  • Méditerranée : une mer assassinée 12 décembre 2016
    Avant toute chose, nous tenons à remercier Philippe Vergnes pour le travail d’investigateur et de lanceur d’alerte qu’il a fourni en publiant son livre « Méditerannée (Mare Nostrum) une mer assassinée » aux éditions Bookelis. Vous trouverez ci dessous un résumé qui vous donnera un léger aperçu de la problématique soulevée dans ce livre et un point […]
    Stéphane
  • Gravity, Skyline : les groupes de presse s'alignent sur les géants du Web pour exploiter la vie privée de leur lectorat 6 juillet 2017
    Paris, le 7 juin 2017 - Des groupes industriels de presse ou détenant des titres de presse ont annoncé le lancement d'un nouveau projet conjoint baptisé « Alliance Gravity »1. Deux jours après, Le Monde et Le Figaro annoncent leur propre alliance, nommée « Skyline ». Sous couvert de lutter contre Google dans le partage des revenus publicitaires liés […]
    neurone259
  • État d’urgence : de l’exception à la permanence, les parlementaires au pied du mur 5 juillet 2017
    Paris, le 5 juillet 2017 — Douze organisations, des avocats et des universitaires (liste ci-dessous) appellent les députés à ne pas voter la loi de prorogation de l’état d’urgence et tous les parlementaires à rejeter la loi renforçant la lutte contre le terrorisme et la sécurité intérieure. Elles dénoncent la dangereuse logique du soupçon qui […]
    neurone259
  • ePrivacy : séparons le bon grain de l'ivraie 30 juin 2017
    Paris, le 30 juin 2017 - Le débat sur le règlement ePrivacy devient de plus en plus vif et complexe, tant au sein du Parlement européen que de chaque État membre - le gouvernement français n'ayant pas encore annoncé sa position publique. De nombreux arguments et propositions sont apparus, tant pour renforcer la vie privée […]
    neurone345
  • ePrivacy : une étape cruciale pour la vie privée 13 juin 2017
    Paris, 13 juin 2017 — Le mois de juin sera décisif pour le futur de notre vie privée et la confidentialité de nos communications électroniques. Actuellement en débat au Parlement européen, le futur règlement « ePrivacy » divise et réveille de désagréables souvenirs du temps des négociations du Règlement général sur la protection des données […]
    neurone648
  • Sous le capot: votez pour une infrastructure télécoms décentralisée! 12 juin 2017
    Paris, 13 juin 2017 — La nature décentralisée d'Internet est en jeu avec les négociations sur le code européen des communications électroniques. La Quadrature du Net publie ses premières listes de vote sur les amendements qui ont été déposés au Parlement européen1 et soutient les fiches d'informations (pdf) élaborées par netCommons. Comme prévu, le lobbying […]
    neurone130
  • Directive copyright : le Parlement européen sous la menace des lobbies et des manoeuvres françaises 6 juin 2017
    Paris, le 6 juin 2017 —  Alors que toutes les commissions concernées au Parlement européen ont rendu leurs avis sur la proposition de directive sur la réforme du droit d'auteur, la situation est plus que complexe : les rapports constructifs des différentes commissions ont été pilonnés à la fois par la Commission européenne, mécontente de voir ses dispositions […]
    neurone259
  • Neutralité du Net : un an après, un bilan gris foncé 31 mai 2017
    Paris, le 31 mai 2017 — A l'occasion du premier anniversaire de l'adoption du règlement sur l'internet ouvert qui régit notamment les aspects liés à la neutralité du Net, et tandis que l'ARCEP sort son premier rapport sur l'état de l'Internet, nous dressons ci-dessous un bilan assez mitigé de sa mise en œuvre en France […]
    neurone1000
  • Appel à la non prorogation de l'état d'urgence : lettre au Président de la République 24 mai 2017
    Paris, 24 mai 2017 — À l'issue du conseil de Défense tenu ce mercredi matin, le Président de la République a annoncé qu'il demanderait au Parlement la prolongation de l'état d'urgence jusqu'au 1er novembre 2017, ainsi que la discussion d'une nouvelle loi pour lutter contre le terrorisme. La veille de cette réunion, nous, associations de […]
    neurone259
  • Lettre ouverte aux institutions européennes : WIFI4EU doit promouvoir la diversité, le local et les droits humains 22 mai 2017
    Paris, le 22 mai 2017 — Alors que le Conseil de l'Union européenne et la Commission européenne entrent dans la phase obscure des trilogues pour le projet de réglement WIFI4EU, les réseaux associatifs européens ainsi que la communauté du wifi-ouvert veulent leur rappeler l'importance d'inclure tous les acteurs dans le développement de la connectivité locale. […]
    neurone130
  • Démocratie de consensus : le despotisme doux de Macron 22 juillet 2017
    Le concept de « despotisme doux » inventé par Tocqueville, refait parler de lui depuis qu’Emmanuel Macron a décidé d’instaurer les dispositions de l’état d’urgence dans le droit commun. Rappelons qu’Alexis de Tocqueville, penseur et écrivain français […]
    drapher
  • Chiffrement : les temps paniquent 21 juillet 2017
    « Les lois mathématiques sont louables, mais la seule loi qui s’applique en Australie est la loi australienne ». Interrogé à propos de la cryptographie lors d’une conférence de presse organisée à l’occasion d’une énième […]
    Jef Mathiot
  • La chute de Mossoul et la fin annoncée de l’Etat Islamique 17 juillet 2017
    La chute de Mossoul marque, dit-on, un tournant dans la lutte contre l’Etat Islamique. Cela ne fait aucun doute en ce qui concerne les populations sous le joug de l’organisation. Reste que les civils ont […]
    Antoine Champagne - kitetoa
  • De la dystopie actuelle : par delà les apparences, avec Stiegler 17 juillet 2017
      Réfléchir sa propre époque est une gageure, puisque l’histoire que nous tentons de comprendre est, par essence, en cours de construction. Pour autant, le présent n’étant que l’accumulation d’instants passés, il doit être possible […]
    drapher
  • Emmanuel Macron et les victimes de terrorisme 14 juillet 2017
    Lors de son discours pour le 14 juillet, Emmanuel Macron a glissé quelques mots sur les enfants dont les parents ont péri lors des attentats : Chers concitoyens, depuis 100 ans presque jour pour jour, […]
    Antoine Champagne - kitetoa
  • Le Pistolet et La Pioche S01E04 : Mais que font-ils avec nos données ? #Spalian 13 juillet 2017
    Le Pistolet et La Pioche avait envie d’aborder le sujet des Big data pour continuer à se questionner sur l’algopolitique, mais en version sonore. Pourquoi ne pas aller regarder de plus près l’activité d’une entreprises […]
    drapher
  • Ouverture surprise du procès de l’attentat du musée Bardo à Tunis 13 juillet 2017
    Vingt et un touristes étrangers, dont quatre Français avaient trouvé la mort le 18 mars 2015 dans l’attaque du musée du Bardo à Tunis. Après une instruction pour le moins rocambolesque, le procès s’est ouvert […]
    Antoine Champagne - kitetoa
  • Transition écologique : quand le marketing énergétique remplace la politique environnementale 12 juillet 2017
    La transition écologique vendue par la ministre éponyme, Nicolas Hulot, n’a d’écologique que le nom. Ce qui motive en réalité les décideurs des pays signataires des « accords climat » de la COP21 n’est en aucun cas […]
    drapher
  • Pourquoi faire-simple.gouv.fr quand on peut faire compliqué ? 10 juillet 2017
    L’État martèle sa volonté de moderniser l’administration. Il dispose même d’un site promettant beaucoup : faire-simple.gouv.fr. L’ambition est grande : « Citoyens, entrepreneurs et agents publics, participez pour des démarches plus simples ». Quelques chantiers sont annoncés : « le choc […]
    Antoine Champagne - kitetoa
  • « Veiller sur mes parents » : faire payer la relation humaine rend les facteurs mal à l'aise 21 juillet 2017
    La Poste a lancé le service « Veiller sur mes parents » le 22 mai 2017 à grand renfort de publicité. Elle propose un ou plusieurs passages par semaine du facteur au domicile de personnes âgées, suivi d'un compte rendu de la visite par le biais d'une application sur smartphone. Un service payant pour se […]
    Stéphane Ortega
  • Brasseurs et malteurs font mousser mille bières artisanales face à la domination des marques industrielles 20 juillet 2017
    La suprématie des bières industrielles, vendues quasiment partout, va-t-elle bientôt décliner ? Les brasseries artisanales se multiplient en France. L'hexagone compte aujourd'hui près de 1100 brasseries, contre une trentaine dans les années 80. Une majorité explorent des produits simples, naturels et artisanaux, élaborés en petite quantité et distribués localement. Avec 185 établissements brassant blondes, ambrées, […]
    Sophie Chapelle
  • Sauvetage en mer : l'Europe s'en prend aux ONG mais pas aux garde-côtes libyens 19 juillet 2017
    Elles ont déjà fait l'objet d'enquêtes, sans preuves, pour soi-disant avoir collaboré avec des passeurs et des trafiquants d'êtres humains. Les organisations non gouvernementales (ONG) qui procèdent à des sauvetages en mer Méditerranée pour secourir des migrants, telles l'association SOS Méditerranée, dont le siège est à Marseille, ou l'organisation allemande Sea Watch, sont à nouveau […]
    Rachel Knaebel
  • Assa Traoré : « La France a besoin d'une belle révolution » 19 juillet 2017
    Il y a un an, le 19 juillet 2016, Adama Traoré décédait lors de son interpellation par la gendarmerie. Depuis, sa famille, ses amis et leurs soutiens se mobilisent pour établir la vérité et obtenir justice, malgré la violence des attaques dont ils font l'objet. Leur combat rassemble bien au delà de Beaumont-sur-Oise (Val d'Oise), […]
    Thomas Clerget
  • « Hier encore on a fermé une usine, alors qu'en face on construit une prison » 19 juillet 2017
    Sorti il y a presque quinze ans, en 2003, La raison du plus fort aurait pu avoir été réalisée aujourd'hui. On ne ressort pas indemne de ce film documentaire dont le propos pourrait être résumé par la première phrase du synopsis : « Au lieu de combattre la pauvreté, on combat les pauvres. » Posant […]
    Les lucioles du doc
  • Des cancérogènes dans votre courrier : à La Poste, la face cachée du recyclage des cartouches d'imprimante 18 juillet 2017
    Des milliers de cartouches d'imprimante usagées passent, chaque semaine, par les centres de tri de La Poste pour être réexpédiées à des fins de recyclage. D'apparence anodine, ces rechargent recèlent des quantités non négligeables d'agents cancérogènes tels que le chrome, le mercure ou des nanoparticules. Ces poussières potentiellement toxiques peuvent se répandre lorsque les colis […]
    Nolwenn Weiler
  • Maya, 20 ans : « Il nous faisait travailler la nuit, ensuite, quand je devais me reposer, il nous violait » 17 juillet 2017
    « Les associations, les assistantes sociales, m'ont toutes fermé la porte au nez. Ma famille m'a dégagée. Je n'ai pas eu le choix », raconte Maya, 20 ans. Parce qu'elle « n'avait plus rien », elle décide de se prostituer. Et tombe sous la coupe d'un mac qui la séquestre, avec d'autres filles, pendant plusieurs […]
    Sans A
  • Pollution à l'acide : quelles suites pour ArcelorMittal, Suez et le lanceur d'alerte ? 17 juillet 2017
    « J'ai déversé de l'acide d'ArcelorMittal Florange dans la nature. » Début juillet, l'employé d'une filiale de Suez, chargée de gérer les déchets du site de Florange, alertait les médias locaux. Il affirme avoir déversé illégalement pendant trois mois des centaines de mètres cube d'acide dans une décharge en plein air, destinée à accueillir des […]
    Olivier Petitjean
  • 160 personnes, dont 70 enfants, bientôt jetés à la rue à Rennes 14 juillet 2017
    Ce 17 juillet, les 40 familles qui occupent depuis un an les « Jardins de la Poterie » à Rennes, une ancienne maison de retraite au sud de la ville, devront quitter les lieux. Les 75 enfants et 80 adultes, venus de dix pays différents, ne savent pas ce qu'ils vont devenir. Depuis une semaine, […]
    Nolwenn Weiler
  • Le city-branding, déjà has-been? 30 juin 2017
    I love NYC, IAMsterdam, OnlyLyon… Le city-branding (ou marketing des villes pour les francophiles) connaît depuis quelques années ses heures.. The post Le city-branding, déjà has-been? appeared first on OuiShare FR - Itinéraires pour une Société Collaborative by Céline Beaufils.
    Céline Beaufils
  • « Non, tous les designers ne bossent pas pour rendre les gens accros ! » – Entretien avec Geoffrey Dorne 15 juin 2017
    Pour Geoffrey Dorne, le monde du design serviciel recherche bien trop souvent des usages pour rendre dépendant. Tout l’inverse de.. The post « Non, tous les designers ne bossent pas pour rendre les gens accros ! » – Entretien avec Geoffrey Dorne appeared first on OuiShare FR - Itinéraires pour une Société Collaborative by Samuel […]
    Samuel Roumeau
  • OuiShare Fest : Villes de tous les pays, unissez-vous ! – Vaste programme ! 6 juin 2017
    Pour sa cinquième édition, le OuiShare Fest, qui se tiendra du 5 au 7 juillet prochains aux Magasins Généraux à.. The post OuiShare Fest : Villes de tous les pays, unissez-vous ! – Vaste programme ! appeared first on OuiShare FR - Itinéraires pour une Société Collaborative by Arthur De Grave.
    Arthur De Grave
  • La démocratie ne va pas se faire toute seule, alors bougeons! 29 mai 2017
    La démocratie inspirée des schémas de pensée du 20ème siècle bat de l’aile, et le semblant de participation qu’institue le.. The post La démocratie ne va pas se faire toute seule, alors bougeons! appeared first on OuiShare FR - Itinéraires pour une Société Collaborative by OuiShare.
    OuiShare
  • Nous citoyens, créons des espaces du « libres ensemble » dans la ville 18 mai 2017
    Démocratie participative, hacking urbain, tiers-lieux, numérique… Les citoyens ont désormais entre leurs mains de nouveaux outils, comme autant de baguettes.. The post Nous citoyens, créons des espaces du « libres ensemble » dans la ville appeared first on OuiShare FR - Itinéraires pour une Société Collaborative by Céline Beaufils.
    Céline Beaufils
  • Entrepreneurs urbains : le OuiShare Fest vous veut du bien! 17 mai 2017
    Pour sa 5ème édition, le OuiShare Fest 2017 appelle les entrepreneurs d’Ile-de-France et de Navarre à se jeter dans son.. The post Entrepreneurs urbains : le OuiShare Fest vous veut du bien! appeared first on OuiShare FR - Itinéraires pour une Société Collaborative by OuiShare.
    OuiShare
  • L’innovation ouverte va dévorer la mobilité – Entretien avec Gabriel Plassat 9 mai 2017
    Grand architecte de la Fabrique des Mobilités, Gabriel Plassat est l’un des visionnaires et personnalités incontournables de la mobilité en.. The post L’innovation ouverte va dévorer la mobilité – Entretien avec Gabriel Plassat appeared first on OuiShare FR - Itinéraires pour une Société Collaborative by Paul Richardet.
    Paul Richardet
  • Maire de toutes les transitions – Entretien avec Johanna Rolland 25 avril 2017
    Depuis son élection à la tête de la sixième ville de France en 2014, elle a fait du collaboratif, de.. The post Maire de toutes les transitions – Entretien avec Johanna Rolland appeared first on OuiShare FR - Itinéraires pour une Société Collaborative by Côme Bastin.
    Côme Bastin
  • Bastions, barons, bobos, la ville ouverte aura votre peau ! 21 avril 2017
    Vous êtes devant votre écran, c’est la première fois que vous faites cette démarche-là sur le site internet de votre.. The post Bastions, barons, bobos, la ville ouverte aura votre peau ! appeared first on OuiShare FR - Itinéraires pour une Société Collaborative by vincentlaurent.
    vincentlaurent
Welcome , today is samedi, 22 juillet 2017